Partagez

incertitude •• pv graham

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptySam 20 Déc - 20:06

Froid. Un froid qu'elle connaissait bien, celui qui picotait le visage lorsqu'elle ouvrait ses volets le matin ; celui qui rougissait un peu ses joues et la forçait à porter des vêtements chauds. Celui-là aussi qui apportait avec lui les chocolats chauds et les fêtes de fin d'année.

Un lourd soupire, le claquement du verre vide contre le comptoir en marbre. Un geste devenu automatique, habitude inconsciente teintée de déni. Elle ne s'en rendait plus compte, qu'elle disait l'air plein de conviction, devant son miroir. Que ça allait passer, que ça n'était qu'une mauvaise habitude. Pourquoi s'en faire ? Elle savait ce qu'elle faisait, gérait sa vie sans problème. Sauf que chaque jour se faisait plus difficile que le premier ; la volonté qui défaille et les convictions qui flanchent. Rien qu'un nouveau verre d'alcool fort ne pouvait régler.

Puis, aujourd'hui n'était pas une journée sous le signe de la déprime. Elle avait un rendez-vous, quelqu'un qu'elle avait hâte de pouvoir enfin voir en vrai. Tout en craignant cette rencontre. Opposition conflictuelle, sentiments paradoxaux. Rien de très inhabituel, somme toute. Et ça n'était pas comme s'ils étaient totalement étrangers, après tout. Il connaissait son don, sa façon de jurer sans cesse et ses clopes toujours au bord des lèvres. Il l'avait déjà vue salement crevée ou déprimée, aussi. Ca et tous les moments bien plus amusant, le flirt avec légèreté et un feeling passant agréablement.
Mais là, tout devenait tout à coup tellement vrai que c'en était presque effrayant. L'inquiétude d'être jugée, bien que ce soit stupide, et la crainte du moindre effleurement. Tout était tellement plus simple par écran interposé.

Ah, la lâcheté dans toute sa splendeur, saupoudrée d'un soupçon de défaitisme.

Un coup de pied au train ne pourrait lui faire que du bien, à vrai dire. Mais au lieu de ça, ce fut un verre pour se donner courage -et chaud. Suite à cela, elle enfila les premiers vêtements sortis de son dressing, incroyablement rangé pour une personne aussi volatile qu'elle. Débardeur blanc, large, très large pull en laine bordeaux et legging noir. De quoi avoir chaud mais pas trop, sans oublier le foulard évidemment. Autant le dire, elle n'avait jamais été du genre à se prendre la tête. Pas pour des vêtements.
Les doigts parés d'une foultitude de bagues dorées attrapèrent le sac à main abandonné près de l'entrée, la seconde main venant en vérifier le contenu. Portable et clefs, paquet de clopes. Et même une flasque de métal poli caché dans la doublure. Culpabilité. Preuve. Et elle était sortie.

Un peu plus de fumée dans le brouillard vaguement installé, elle s'en alla donc en direction du point de rendez-vous, la clope au bec et l'air absent. Presque bougon d'ailleurs, empruntant le trottoir le moins utilisé, les rues les moins peuplées. Rien à craindre, pas durant une fin de matinée. La fraicheur de l'air lui chatouillait les oreilles, faisait papillonner ses mirettes maquillées. Le vent était définitivement le pire, en cette saison.

Au rythme régulier de ses pas pourtant incertains, la voilà qui s'interrogeait encore. Est-ce que tout irait bien ? S'entendraient-ils même en vrai ? Des questions idiotes, du genre qu'elle ne pouvait réprimer. Impatience mêlée d'appréhension. Le tout s'accentuant lorsque son regard trouva l'enseigne du restaurant.
Pas question de faire demi-tour ; elle n'était pas une lâcheuse. Juste pleine de doute, et fatiguée. Voilà, c'était la faute de la fatigue, tout ça. Pourquoi perdrait-elle cette aisance qu'elle avait toujours eu avec lui, jusque-là ? Ca ne faisait pas de sens, tout bonnement.

Et le regard rivé sur ses ongles courts, tentant vainement de retiré la peinture glissés sous ces derniers, elle se retrouvait à attendre. Parce qu'elle était en avance, de quelques bonnes minutes. Parce que ses ongles étaient plus intéressants que le type parlant au téléphone non loin. Parce que putain, elle avait le trac d'enfin le rencontrer. Et cette sale impression de retomber en adolescence.  Ridicule.

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-
Graham Lynch
member ♦ hear me roar
Messages : 290
Inscrit(e) le : 15/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham 200w
Ton âge : Vingt ans
Pouvoir : Invisibilité
Métier ; activité : Etudiant en histoire de l'art
Lieu de résidence : Greystone's Institute
Côté coeur : Seul et heureux
Avis sur les évolués :
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptySam 20 Déc - 22:25

Toc. Toc. Bobbi ?
Un bonhomme qui sourit, un dessin tracé dans la buée. Un large sourire qui vient s'étendre jusqu'aux lèvres nues de Graham. Graham, dans sa petite chambre d'étudiant. Aujourd'hui est un grand jour, aujourd'hui c'est quand Graham rencontre Bobbi. Bobbi rencontre Graham. C'est qui cette nana ? Pas n'importe qui justement. C'est celle, si particulière ; celle qui dessine, peint, créer comme une petite déesse. Celle qui est toujours à l'état brut. Comme si elle ne se cachait jamais sous des masques, les masques que Graham aimait tant. Il se pose d'ailleurs des questions, à propos de ce qui masque ses yeux et sa bouche. Faut-il se dissimuler aujourd'hui ? Il hésite, longtemps. Et puis sa main se pose sur le bâton violet. Et les traits se dessinent d'eux-même sur la peau blanche. Les manches du sweat noir enfilées, les chaussures de vieux cuirs aux pieds, la chaine autour du coup, claquant sa langue contre son palais, il sort.

Et maintenant, il avance Graham. Grand. Il sort de l'institut, croise les regards divers des passants et leur offre des sourires inquiétants. Il ne sait pas vraiment d'où ça vient, cette envie, cette pulsion. Faire peur. Inquiéter. Cependant, les pupilles des passants ne le tiennent pas occupé longtemps. Aujourd'hui il pense à autre chose Graham, il pense à Bobbi. Il ne sait pas trop comment tout ça va se passer. Il a peur que le naturel prenne la fuite, effrayé lui aussi. Il a peur que la gêne entre par la porte entrebaillée et se glisse entre eux. Alors, il se promet de faire attention, de tout faire pour que tout se passe bien, que rien ne soit perdu. Après tout c'est un peu grâce à elle qu'il est ici. Il serait idiot de ne pas aller la voir, surtout qu'elle doit être encore plus jolie, en vrai. En général, c'est pas tellement son truc les filles, mais quand une nana comme ça vous passe sous le nez, vous pouvez pas vous empêcher de la regarder. Et ça f'sait maintenant un an qu'il ne la lachait plus des yeux. Bon, c'était pas de l'amour, juste … un truc sur lequel il pouvait pas mettre de nom. Ils flirtaient un peu ces idiots, mais c'était pas méchant, c'était pour se sentir bien. C'était juste des amis, proches, un peu louches. Et Graham, il aime quand c'est louche.

Et il finit par arriver sur le lieu de rendez-vous, devant ce p'tit restau italien. Et puis il l'a voit. BOUM. Oh .. oh. Ca fait bizarre. Il fait craquer ses doigts. Ses doigts. Merde. Ils sont où ? Plus là. Ils ont disparus dans un courant d'air. Merde. merde. merde. Il le sait le grand, que ça ne sert à rien de paniquer. Alors il essaye de se contrôler, de le contrôler. C'est bizarre, il pensait pas qu'il avait si peur de la rencontrer. Peut-être que si, c'est étrange tout ça. Mais il n'y pense pas, il se concentre. Et il remonte à la surface, ferme ses paupières et inspire. Quand il ouvre les yeux, il est là, de nouveau. Il espère, en secret, qu'elle ne l'a pas encore vu. Il s'avance et ne peut pas faire partir ce satané sourire en coin qu'il a épinglé sur les lèvres. Il est tout près d'elle maintenant. Il sait qu'elle  là vu, Graham. Et Graham, il l'a vu. Putain, il arrive pas à sortir un mot. C'est dur. Il a le cœur qui fait un œuf brouillé. C'est gênant.

Bobbi.

Oui, c'est son nom Bobbi. Il grogne Graham, joue avec sa chaine. Là, c'est mieux.

Content de te voir.

Et puis un sourire, un vrai de vrai. Sur ses lèvres maquillées.

_________________
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t47-graham-bouh
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyDim 21 Déc - 4:48


HRP : C'est un peu long, pardon. J'espère que c'est pas trop ennuyeux, haha.

C'était la rencontre qu'on ne pouvait plus éviter. Qu'elle ne pouvait lus réellement éviter. Du moins voulait-elle s'en convaincre. Non pas parce qu'elle ne voulait pas le voir ; elle le voulait et cette réalisation lui réchauffait le creux de la poitrine tout en agitant ses inquiétudes. C'était pour ne pas trouver de raison de fuir, d'esquiver. Parce que la nervosité demeurait, parce que les autres étaient son enfer personnel.

Pourtant, elle se tenait toujours devant l'entrée du restaurant, plongée dans la passionnante contemplation de ses ongles tâchés de peinture. D'infimes preuves de sa passion, impossible à réellement effacer, quoi qu'elle fasse. Et elle préférait les fixer plutôt que de s'aventurer à lever le nez ; de peur de croiser son regard et ne pas savoir comment réagir. De peur de ne pas le voir ; de peur d'être déçue. Peur ou simple bêtise à vrai dire, surement beaucoup des deux à parts égales.
Ça lui ressemblait si peu, si loin de l'arrogance de son culot habituel et de l'assurance flamboyante de sa personne. Sauf qu'encore une fois, tout était plus facile derrière un clavier et un écran. Les questions déplacées et l'absence de pudeur, les confessions sérieuses entre deux coup de pinceaux et la complicité d'un naturel déroutant. Là, c'était le ressentit brut et mis à nu, les réactions sur l'instant et l'impossibilité de se défiler. Le stress du moment, l'angoisse et l'embarras inévitable, aussi.

Lorsque les doigts devinrent trop ennuyeux, ou la tempête tout simplement trop difficile à endiguer sous son air nonchalant, ce fut une cigarette qui vint l'occuper. Ni la première ni la dernière de la journée, un bâtonnet de nicotine de plus dans l'océan de ses excès. Et qu'était une goutte dans l'étendue, si ce n'est une pièce de plus à l'édifice de son imminente déchéance ?

Toute cette nervosité au fond n'était que la manifestation de la crainte. La crainte de perdre quelqu'un avant même de se connaitre pour de bon ; la peur rampante de toute saboter, d'être maladroite et de le faire fuir. Parce que lorsqu'elle entendait sa voix, il y avait toujours un sourire sur ses lèvres, un réconfort inattendu. Parce que gâcher tout ça pour une maladresse n'était pas envisageable.

Du mouvement. Elle avait fini par relever le nez. Elle l'avait vu, avait soupiré, presque manqué de s'étouffer avec sa fumée. Toussa légèrement, écrasa la clope dans le cendrier fixé au mur, non loin. Jura d'être tout à coup si empotée, où était donc passé son aisance, toujours là malgré les distances imposées ? Envolée, évanouie ou simplement perdue. Égarée.

Il était grand plus qu'elle. Mais elle le savait déjà. Si particulier. Maquillé. Elle en était contente d'ailleurs, préférant garder jalousement ce qu'elle savait de son visage sans artifice. Égoïstement attachée à ces petits riens qui sont pourtant tout.
Et son sourire ! Et sa voix ! Son propre souffle lui manquerait presque, et c'en était trop de sentir son cœur s'emballer. Que diable, ça n'était pas un rendez-vous galant, ni même une question de vie ou de mort ! On inspire, on expire. Et on se redresse.

« Hey. » Glorieuse entrée en matière. Et son sourire. Elle l'aimait bien.
« Depuis le temps, hein. » Elle lui rendait son sourire à présent. « Contente de te voir aussi, G. »

Et maintenant, hein ? Il fallait peut-être se bouger un peu. Arrêter de tourner autour du pot, de jouer à l'adolescente effarouchée. Ca ne lui allait pas, lui ressemblait si peu. Mais il était là, pour de vrai, et si elle tendait la main, elle pourrait le toucher. Prouver son existence de façon palpable.
Mais l'hésitation lui fit changer d'avis et au lieu de prendre son bras, son regard gris chercha le sien, avant d'un signe de tête lui indiquer de la suivre. Pour lâchement se dérober, pousser la porte et entrer.
Il faisait un peu plus chaud à l'intérieur, le changement de température rougissant un peu plus ses joues et ses oreilles, cachées sous sa tignasse laissée libre. Et même son teint hâlé ne pouvait réellement le cacher.
Il n'y avait pas grand monde, et c'était tant mieux. Il ne fallut d'ailleurs pas longtemps pour qu'on leur indique une table, alors que le silence régnait encore. Elle en profitait, cherchait ses mots, maudissait sa gorge sèche. Jusqu'au moment fatidique où elle prit place à table, ses doigts cherchant déjà de quoi s'occuper, n'importe quoi, un bord de nappe ou de serviette.

Que dire ? Lu parler de Pedro et de sa survie miracle à sa chute de l'étagère, Pedro le fameux cactus visiblement immortel dont elle lui avait déjà parlé maintes fois, pour cacher la simple envie de lui parler, en quête de réconfort après une journée usante. Mais non, Pedro n'avait rien à faire à la table d'un restaurant italien.

« Tu vas bien ? Pas trop dépaysé ? »

Banal, tellement banal. Mais c'était mieux que dire une bêtise. C'était surement mieux que se taire, et ça c'était rare, suffisamment pour être remarquable. Et ses doigts jouant finalement avec une mèche châtain légèrement bouclée, son regard croisant le sien avant de s'enfuir, une moue peignant ses lèvres pulpeuses. Une autre cigarette serait la bienvenue. Ou une gorgée de la flasque qu'elle savait être dans son sac. Ah non. Pas déjà. Pas ici. Pas devant lui. Non non.

Elle avait trop de choses à lui dire, tellement qu'aucun mot ne trouvait sa place dans sa bouche. Lui dire qu'elle aimait sa voix, surtout maintenant. Que son sourire était toujours aussi charmant. Que le voir, si proche, si vrai, c'était étrange. Qu'elle ne penserait pas que cela arriverait. Et tout bonnement qu'elle était heureuse de le voir. Malgré son extérieur incertain et presque distant, maladroit bien malgré elle.

Mais rien. Alors elle sourit.
Et un verre d'eau pour la demoiselle.

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-
Graham Lynch
member ♦ hear me roar
Messages : 290
Inscrit(e) le : 15/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham 200w
Ton âge : Vingt ans
Pouvoir : Invisibilité
Métier ; activité : Etudiant en histoire de l'art
Lieu de résidence : Greystone's Institute
Côté coeur : Seul et heureux
Avis sur les évolués :
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyDim 21 Déc - 12:23

 
HRP: nawak, c'est parfait ♥

Toc. Toc. Bobbi ?
Il respire enfin Graham, elle lui a répondu, Bobbi. Il avait eu peur, un instant. Peur qu'elle ne réponde pas, que tout soit bloqué. Que rien ne se passe. Mais peu à peu les rouages s'activaient, se réveillaient. Doucement, sans qu'on s'en aperçoive, sans faire un bruit, ils reprenaient lentement leur cours, tournaient sans fin. Et enfin le grand type respire. Il respire et ses yeux bleus se perdent dans les traits doux de son interlocutrice. Il peut la voir cette peau dorée, elle à l'air encore plus appétissante en vrai, mais il essaye de ne pas trop y penser. Il aperçoit, entre deux mèches folles de cheveux chocolat au lait, un piercing. Il sourit Graham. Ca lui donne un air rebelle, un air de jeune fille pas sage du tout, et ça lui plait. Il aime bien aussi son pull bordeaux, ample, il a l'air confortable, elle à l'air d'un petit chat qui se blottit dans les plis des draps. C'est mignon. Oui, elle peut être sauvage et mignonne, c'est sa particularité à Bobbi, ou Binette comme il l'appelle des fois. Ses yeux sombres semblent hésiter, un instant, ou peut-être n'était-ce qu'une ombre. Elle se détourne finalement et pousse la porte du restaurant. Il la suit du regard, Graham, avant d'entrer dans son sillage, de prendre la porte et de traverser à son tour le nuage d'air chaud.

Il prend son temps, marche doucement, il adore cette sensation, petite bulle chaude qui l'entoure. Il retire sa capuche et ses cheveux blonds virevoltent un instant, avant de retomber en tignasse informe sur son front. Il passe une de ses large main dans cette espèce de frange, histoire de remettre un peu d'ordre, sans vraiment arriver à un résultat satisfaisant. Tant pis. Après tout, elle l'a déjà vu au réveil. Il reste calmement derrière elle alors qu'on leur indique une table, il sourit gentiment à l’hôtesse d'accueil qui le regarde avec hésitation, surement pas tout à fait sure de vouloir un type comme lui dans son restaurant. De toute façon, il est déjà plus loin Graham, il s'installe en face de la p'tite chatain. Elle est un peu stressée mais lui ne le voit pas, il voit pas grand chose quand il s'agit des autres, même quand il les aime beaucoup. Il sait par contre que lui est un peu en retenu, essaye d'oublier la gêne. Il sait que ça ne sert à rien d'être mal à l'aise, mais quand il faut appliquer la théorie, c'est toujours plus difficile. Alors Graham écoute Bobbi, peut pas s’empêcher de suivre ses jolis yeux, elle a un regard réellement captivant quand on quitte l'écran. Il finit par lui répondre, en douceur, essayant d'atténuer sa voix grave. Dans le silence autour d'eux, on l'entendrait bien trop et en face de Bobbi il se sentirait presque pudique, bordel.

Ca va. Ca fait ..  cinq p'tits jours que je suis ici. J'ai rencontré un mec un sympa. Son copain un peu louche … Louche pas dans l'bon sens, le genre .. un peu... Enfin.

Il se perd dans ses mots, il a l'habitude de tout lui raconter sans problème, de parler sans s'arrêter. Mais là il a peur de l'emmerder. Il espère que ça va passer tout ça, c'est chiant. Il essaye autre chose.

J'ai trouvé le MacDo, donc j'suis heureux.

Il a un sourire en coin cette fois, parler de malbouffe ça l'rend heureux. Qu'il est bête. Mais il assume Graham, il sourit. Il prend un coca, il a un peu honte, il est pas super classy comme mec. Ca l'emmerde un peu, il aimerait l'être plus pour Bobbi. M'enfin, elle l'a jamais vu en costard, avec un costard, ça va tout d'suite mieux. Il y pense plus, il la regarde encore et prend la parole avant que le silence ne s'installe.

Alors, tu as avancé sur ton dernier tableau ? Je vais enfin pouvoir les voir de mes propres yeux, sans obstacles, tes œuvres. J'dois avouer que j'ai assez hâte.

On leur amène leurs boissons, c'est rapide, y'a personne. Graham remercie et prend le menu qu'on lui tend. Il l'ouvre hésite un peu. Alors il relève ses pupilles jusqu'au joli minois d'Bobbi.

Alors, qu'est-ce que tu va prendre miss ?  

_________________
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t47-graham-bouh
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyLun 22 Déc - 4:38

Lui tourner le dos quelques instants lui avait permis de retrouver un semblant de calme. Juste un peu, juste de quoi avoir l'impression de retrouver une emprise sur la situation, malgré l'éphémérité de l'instant. Avant de retomber dans le tumulte lorsqu'elle se retrouva face à lui à nouveau. Les doigts s'agitèrent, le souffle se redevint troublé et les mots perdus. Un état de constante hésitation et doute, un état qui lui ressemblait tellement peu. Tout ça parce qu'il était là.

Lui qu'elle observait encore, cherchant quoi dire, un début de conversation banale, bancale. Pourtant, il méritait mieux n'est-ce pas ? Eux qui si souvent parlaient de tant de choses, de leur art, de leur passion. Ne plus savoir quoi dire tout à coup, ou n'avait soudainement que des sujets sans saveur, c'était terrible. Frustrant. Parce que c'était si peu elle, si peu naturel. Pourquoi ne pouvait-elle pas simplement se détendre, sourire et rire de tout, parler de rien et être elle-même ? La frustration s'empilait sur l'incertitude, le tout formant un entassement branlant et prêt à s'écrouler.

Et sa voix tout à coup fait trembler l'édifice précaire de ses doutes. Elle était grave, mieux encore que dans ses souvenirs, et malgré la retenue dont il semblait faire preuve, son timbre incertain et si peu familier dans sa bouche, elle sourit. Parce que c'était si doux tout à coup de l'entendre réellement, il a quelques instants déjà devant le restaurant, et maintenant ici. Parce que sous l'embarras et la nervosité demeurait toujours l'impatience également. Ce serait mentir après tout de le nier. Elle avait envie de le voir. Un désir qui s'était manifesté de multiples fois par le passé, sans pourtant qu'elle ne l'articule. Pensée fugace et rapidement oubliée, motivée par la solitude et le besoin de réconfort. Rien que son visage sur l'écran ou sa voix ne puisse résoudre.

L'hésitation existait aussi chez lui, dansait avec ses mots. Elle le sentait, et ce n'était probablement pas à cause de son don ; elle ne le touchait même pas. Et pourtant ce ne serait pas de refus. Rien de déplacer, jouer avec ses doigts, quelque chose qu'elle avait toujours fait, aussi loin qu'elle puisse s'en rappeler. Une habitude étrange qu'elle avait dû mettre de côté en prenant connaissance de son don, également.
Mais non, tout ce qu'elle pouvait faire, c'était l'observer, l'écouter. Fuir son regard lorsqu'elle le croisait trop longuement, de peur qu'il y voit sa nervosité. Mais n'était-elle pas déjà suffisamment visible, suintant de ses mouvements, de ses mots ?

Elle eut un léger rire. « Cinq jours et tu sympathises déjà avec du monde ? Et moi qui croyais que tu viendrais me voir en premier. Tu me brises le cœur, G. » Et son regard brillait, un peu. Ravie de le voir. D'amusement aussi.

C'était presque un réflexe chez elle d'affubler les gens de pet names aussi divers que variés, parfois moqueurs, parfois affectueux et souvent un peu des deux. Mais lui, elle n'avait jamais trouvé quelque chose qui allait vraiment. Parfois un "chaton" ou un "darling" mais rien que ni ne puisse la satisfaire réellement. Alors elle s'en était tenue à son initial, par dépit.

Jetant un regard au serveur s'éloignant déjà, mais il sut très vite récupérer son attention. Il avait les bons mots pour ça, assurément.

« La composition est toujours bancale. J'arrive pas à trouver ce qui marche pas, et ça m'frustre. Du coup j'ai commencé un truc plus rapide sur le côté. Je te montrerais. » Parce qu'il était certaine l'une des personnes à qui elle souhaitait le plus montrer son studio ; son univers. Et de vive-voix lui raconter ses idées, ses inspirations. Plus juste à l'aide d'un clavier.

C'était au tour du menu à présent d'accueillir son intérêt et son regard. Un nouvel échappatoire, accalmie bienvenue. D'ailleurs, la tempête doucement commençait à se calmer, à mesure qu'elle apprivoisait sa présence ; son existence.

« Lasagne. Cliché, je sais. » Une réponse lancée sans même réfléchir, beaycoup plus naturelle pour elle. Avant de s'enquérir de son cas à lui, jetant un œil au-dessus du menu. « Et toi ? C'est pas d'la cuisine aussi recherchée que le McDo, j'espère que t'es pas intimidé. » Ah ouais, ça aussi, ça lui ressemblait beaucoup plus, les taquineries au bout des lèvres et l'amusement dans le regard.

Et là, le silence retomba. Mais il lui semblait à vrai dire bien moins lourd et assourdissant qu'avant. Moins gênant. Même s'il ne dura qu'un instant, qu'un souffle.

« D'ailleurs, j'ai pas eu l'immense honneur de voir ce que t'as fait récemment. Tu me fais des cachotteries, je trouve ça louche. » Un rire, encore, si tendre et affectueux, un poil moqueur. « Mon artiste préféré me cacherait-il quelque chose ? » Le clin d'œil, le flirt habituel. Enfin, pas tout à fait. Là, ils se voyaient, est-ce que leur excuse jamais réellement formulée comptait encore ?

Ses doigts dansaient toujours, ayant quitté le bord de la nappe pour la fourchette, jamais calmes ni reposés. Et tout à coup, elle se fit sérieuse, soupira, prit presque un air grave. Beaucoup trop pour elle. « Pedro a survécu. » Cette fois, le rire était dans son regard.

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-
Graham Lynch
member ♦ hear me roar
Messages : 290
Inscrit(e) le : 15/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham 200w
Ton âge : Vingt ans
Pouvoir : Invisibilité
Métier ; activité : Etudiant en histoire de l'art
Lieu de résidence : Greystone's Institute
Côté coeur : Seul et heureux
Avis sur les évolués :
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptySam 27 Déc - 23:10



Toc. Toc. Bobbi ?
Il est toujours installé Graham, plus ou moins confortablement sur sa chaise. Son pied droit tape la mesure d'une mélodie imaginaire, sa main gauche fait glisser son pendentif le long de la chaîne qu'il a autour du cou. Petits signes discret d'une nervosité mal avisée. C'est pourtant pas quelqu'un de nerveux Graham, il est plutôt calme, un peu trop parfois. Cependant, encore une fois, une occasion comme celle-ci, un instant comme celui-là, ce n'est pas n'importe quoi. Alors un peu comme si il devait faire un grand discours, il a le trac. C'est d'ailleurs ce trac inconscient, maladroit, qui l'a empêché de voir Bobbi dès son arrivé. Il a du attendre un peu, voir comment tout se passait, s'installer à l'institut, suivre quelques cours. Il hésitait et puis il l'avait libérer, cette envie de la voir. Et il la voyait maintenant, de près, et une fois de plus il perdait son regard dans le relief de son visage, un paysage peu commun et plus qu'appréciable.

Un petit silence et une gorgée de coca. Et les yeux bleus qui ne la quittent pas. Et Graham qui l'écoute parler, encore. Elle a une façon bien particulière de s'exprimer, c'est un peu comme si elle se fichait de tout, alors que tout importe. C'est amusant, c'est intriguant et Graham aime ça. Il veut voir ses compositions, il veut voir ses tableaux, il veut voir, pour de vrai. L'encre à même la toile, la peinture, le stylo bic, le collage, tout, peu importe. Il met cette pensée dans un coin de son esprit, avec l'évidente envie d'en parler plus tard. Mais il se retient pour le moment, se contente d'acquiescer à son choix de plat. Puis de répondre à sa question, un sourire au bout de ses lippes mauves.

Des tagliatelles au pesto. Le pesto, c'est un de mes péchés mignon. Comme quoi jeune demoiselle, j'm'y connais un peu, n'est-ce pas ?

Ses pupilles amusées la fixe avant de retomber sur le menu bientôt fermé, posé sur le bord de la table. Elle sourit, elle le taquine, et Graham sourit en retour. Il s'apprête à répondre quand elle prend un air sérieux qui l'inquiète. Son corps devient dur comme la pierre, un instant. Puis il fond, il fond de soulagement alors que le sourire qui cisaille son visage devient si grand qu'il en est presque indécent.

Imbécile. Tu m'aurais presque fait peur.

C'est un regard sevère mais attentionné qui se pose à présent sur la jolie châtain. Il s'apprête à lui dire que Pedro a eut beaucoup de chance, qu'il aurait pu mal finir. Cependant c'est là qu'arrive le serveur qui prend leur commande. Il laisse parler la dame d'abord Graham, c'est parfois un gentleman. Que avec celles qui sont en sa faveur. Il donne ensuite ses volontés au garçon qui s'en va avec son sourire commercial. Il a oublié ce qu'il voulait dire Graham, mais quelque chose d'autre vient combler le vide.

Ton atelier, je veux le voir. Prenons rendez-vous.

Il dit ça avec l'accent, le beau. Du moins il essaye. Il sourit, amusé. C'est peut-être un peu du flirt, oui. Mais comment résister à une fille comme ça ? Il se retient ce pendant, il se calme Graham. C'est un peu mauvais tout ça, c'est étrange. Tant pis, il s'arrête de réfléchir, il n'en a pas envie. Il se contente de sourire tendrement. Avant de reprendre, taquin.

Je pourrais vérifier de moi-même l'état de ce pauvre Pedro.
 

_________________
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t47-graham-bouh
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyDim 28 Déc - 7:57

Son regard, il était toujours là, elle en était certaine. A chaque fois qu'elle relevait les yeux vers lui, elle les croisait, ces prunelles bleues tellement plus jolies en vrai. C'était d'ailleurs embarrassant, ce ballet d'esquives et de timidité, cette façon qu'elle avait de vouloir croiser son regard tout en refusant de s'y accrocher trop longtemps. Et par peur de quoi, demanderiez-vous ? Elle-même n'en savait rien. Une question sans réponse, une de plus, une de trop.

Et Bobbi ne savait plus quoi faire de ses propres émotions, ses propres pensées. C'était de sa faute à lui, forcément, il était le seul face à elle en cet instant. Pourtant, elle le savait, elle était seule fautive dans cette histoire, tout rejeter sur lui c'était se voiler la face, fuir la vérité. Et dieu savait qu'elle était bonne à cela, au jeu du chat et de la souris. Un maître dans cet art-là. Alors, heureusement que doucement la nervosité s'en allait, laissant place à toujours plus d'aisance et de naturel ; parce que les sourires crispés ne lui allaient pas. Parce que ce rire coincé dans sa gorge ne demandait qu'à sortir.

« Jeune demoiselle, hein ? Je te rappelle quand même que je suis plus vieille que toi. Jeune homme. » Et les derniers mots se retrouvèrent appuyés d'un sourire railleur comme elle en avait le secrets. De ceux qui vous donnaient envie de lui en vouloir tout en vous en rendant totalement incapable. De ceux qui faisaient son charme si particulier.

Oh, elle n'avait pas manqué son air tendu, soudainement. Car si lui n'était pas réellement du genre à saisir les émotions d'autrui, la brunette, elle, était tout son contraire. Et ce même sans ce foutu don.
Ainsi difficile à dire si sa réaction première l'amusa ou non ; ce qui était certain, c'était qu'elle n'avait pu la manquer. Pourtant, comme trop de fois, elle avait cette crainte de trop en percevoir de lui, même sans un contact ni aide déloyale. Elle avait peur de trop en connaitre d'un coup, et que cela gâche quelque chose. Et c'était idiot, car elle connaissait déjà tant de chose de Graham, sans pour autant avoir l'impression d'avoir effleuré plus que la surface. Paradoxal et troublant, pour sûr.

Et là, ce fut un rire d'une franchise cristalline qui la quitta, de ceux qu'il avait déjà pu entendre lors de longue discussions. De ceux qui laissent quelques larmes aux coins des yeux, également.

« Vu ta tête, c'était totalement worth it. » Là, elle se sentait déjà bien mieux, quoi que son regard toujours n'arrivait pas à s'accrocher réellement au sien. Une sorte de pudeur peut-être, ou juste de l'embarras pur et simple.

Interrompus quelques instants à peine par le serveur pour leur permettre de passer commande, la discussion reprit rapidement. Et avec cette voix-là, il saurait toujours la faire rougir, au moins un peu. Alors, elle détourna le regard, laissant échapper un ricanement, avant de reporter son regard sur ses doigts posés sur la table. C'était déloyal de sa part, d'ailleurs. Et même si elle se rendait compte, sûrement, que le flirt risquait de mener à plus d'ambiguïté que d'aise, Bobbi ne pouvait qu'emprunter le même chemin.

« Eh, t'insinues que je le maltraite ? Tu me brises le cœur, G. Vraiment. » Là, c'était un air vexé tout à fait feint et factice, si facilement remplacé par un sourire taquin, le regard brillant, toujours. « Quand tu veux, chaton. Ma porte est toujours ouverte pour toi. » Et là, le ton est presque langoureux, flirtant avec la séduction ; à la fois bon enfant et peut-être un peu trop convainquant. C'était un jeu dangereux, surement, et tous les deux devaient bien s'en rendre compte.

Une mèche brune enroulée autour de son index, elle se redresse un peu, souffle et soupire. Trop se laisser aller n'était peut-être pas très sage ; absolument pas à vrai dire. Mais que faire, hein ? Qu'il cesse de la regarder de la sorte, au moins. Quoi que non, qu'il n'arrête pas. Être le centre de l'attention, au moins une fois de temps en temps, c'était si plaisant.

« Ta maman va bien ? » Oh, elle le savait, il l'aimait beaucoup, lui écrivait régulièrement même. Une attention touchante selon elle, totalement adorable même. Puis, c'était là le naturel de leur dynamique habituel, le flirt et les discussions banales, l'art et leur passion commune.

Et là, elle avait faim. Heureusement que leur plats ne traînerait pas trop, vu l'état désert ou presque des lieux.

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-
Graham Lynch
member ♦ hear me roar
Messages : 290
Inscrit(e) le : 15/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham 200w
Ton âge : Vingt ans
Pouvoir : Invisibilité
Métier ; activité : Etudiant en histoire de l'art
Lieu de résidence : Greystone's Institute
Côté coeur : Seul et heureux
Avis sur les évolués :
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyDim 28 Déc - 13:46

Toc. Toc. Bobbi ?
Il sourit, Graham. Encore. Les traits de son visage définitivement animés par son amusement.

Je n'insinue pas très chère, je constate.

Il aime ce genre d'expression un peu désuète, Graham. Il aime bien « très chère », il aime bien « ma mie », il aime bien « saperlipopette », aussi. Diantre. Même si dans la réalité, il dit bien plus merde que diantre. Foutue habitude vissée dans l'crâne par la télévision, par les gens, par le monde. Tant pis, il s'en accommode bien de son merde. Les gens peuvent être tellement plus vulgaires qu'il passe pour un saint.C'est étrange, pour Graham, de passer pour un saint. On l'a traité de diable, deux fois. Il n'a jamais autant rit. Si il n'a aucune empathie pour ses amis, il n'a aussi aucune empathie pour les gens qu'il ne connait pas, moins encore. Tant pis pour eux, si ils ne sont pas contents. Il y a des gens qui l'apprécient. Même quand il est déguisé en monstre. Heureusement qu'il y a des Bobbi dans ce monde, tout de même.

Et les Bobbi, elles ont toujours ce charme ravageur. Et cette façon de sourire qui en dit long. Derrière un écran, il y avait aussi son regard, ses yeux. Cependant, aujourd'hui, ils semblaient décidés à l'éviter, à la triste constatation de Graham. Ces yeux gris, ces ombres, il les chérit, beaucoup. Et il sent encore une fois, ce courant étrange, ce flirt un peu maladroit, risqué surtout. Il claque discrètement sa langue contre son palais, il hésite Graham. Il sent que ce n'est pas forcement ce qu'il devrait faire. Il ne sait plus trop où il est, où il veut aller. Il se rappelle que Bobbi, c'est avant tout une de ses plus grandes amies. Il faut effacer cette tension un instant. Alors il se racle la gorge Graham, cherchant un sujet de conversation moins dangereux. Il vient de la part de la jeune femme, et le fait sourire doucement, tendre. Un sourire doux, certes, mais qui doit se trouver dans les coins et recoins du maquillage sombre. Pour n'importe qui il aurait l'air fou, pas pour Bobbi.

Oui, maman va bien. Elle dit que je lui manque. Et je lui dis de s'acheter le chien dont elle rêve tant. Si elle ne le fait bientôt je le ferais pour elle. Après tout, autant qu'elle en profite.

Les chiens, pfr. Ca lui fout l'frisson au dos à Graham. Il ne sait pas trop pourquoi. Il a toujours peur qu'ils deviennent violents. Et puis il paraît que certains ont mangés leurs propriétaire. Et puis... C'est imprévisible, inmaîtrisable. Il passe une de ses larges mains devant son visage, elle glisse dans ses cheveux et passent les pensées désagréables. Il change de position sur sa chaise, et son pied heurte celui de Bobbi. Merde.

Désolé.

Il se demande Graham, c'est un peu débile mais...

Tu peux sentir les émotions à travers la matière ? Si tu touches mon torse, ou plutôt mon tee-shirt, est-ce que tu ressentiras ce que je vis ?

Il a aucun tact, aucun cran d'arrêt. Alors c'est qu'après, il se dit, merde, peut-être que ça va l'emmerder. Il attend alors, dans l’expectative parce qu'il ne sait pas, parce qu'il craint, un peu, de lui avoir fait mal. Mais il voulait savoir. Et rien ne l'arrête dans ces cas là. Et des questions sur les dons, il en aura toujours.
 

_________________
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t47-graham-bouh
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyMar 30 Déc - 10:59

L'air outré de la demoiselle ne pouvait être convainquant qu'aux yeux d'une personne ne la connaissant pas ; une personne n'étant pas lui.

« Bah constate que je suis vexée par la même occasion. » Et elle roula des yeux en forçant une petite moue. Pourtant, et c'était si évident que cela en devenait indécent, Bobbi était bien consciente de ne pas être capable de le bouder réellement. Et lui alors, le réalisait-il ? Une question qu'elle ne se posait pas, trop occupée par son air vexé théâtral. C'était sûrement mieux que de trop s'en faire, trop penser.

Il y avait presque une odeur de malaise dans l'air, et la crainte d'un peu trop jouer avec certaines choses, sûrement. Lui aussi s'inquiétait-il de ce qui pourrait se passer entre eux si le flirt allait trop loin ; s'il devenait autre chose qu'un jeu sans conséquences ? Elle ne voulait pas y penser, non. Parce qu'elle avait déjà trop de mal à agir naturellement, trop de mal à être elle-même. Et parce que Graham au fil du temps avait prit trop de place dans sa vie ; une place importante qu'elle chérissait tendrement.
Alors peut-être fallait-il arrêter le jeu, cesser de faire les idiots. Oublier le flirt, même si ce n'était qu'un jeu. Pourtant, elle aimait lui dire ces mots-là ; tout était plus facile derrière un clavier ou un écran. Et peut-être même qu'au fond, elle ne pouvait espérer plus. Pas de don gênant pour tout gâcher, surtout. Et ça, ça n'avait pas de prix, plus aujourd'hui.

Sa réponse lui tira un sourire plein de tendresse, touchée par cette affection qu'il avait pour sa maman. Non pas qu'elle n'en ait pas pour la sienne, au contraire. Simplement, c'était différent. Surtout à présent qu'elle ne pouvait lui confier que ça n'allait pas, qu'elle perdait pieds. De peur de voir la déception dans son regard, de peur d'être jugée. Parce qu'elle savait d'avance ne pouvoir le supporter.
Et la remarque concernant le chien la fit sourire ; elle savait que lui ne les aimait pas et pourtant le voilà qui irait jusqu'à lui en offrir un.

« Elle a définitivement de la chance de t'avoir. » La, elle croisa réellement son regard, s'y accrocha, guettant ses réactions ; sa propre nervosité semblait s'être apaisée. « Puis il va falloir que je la rencontre un jour ; pour la remercier, et la feliciter. » Elle se fit énigmatique et taquine, dans son sourire et son regard.

Son pied la fit soudainement sursauter, trop occupée à observer ses gestes, ses mains. Bobbi aimait bien les mains des gens, depuis toujours. Les observer, les étudier, les dessiner. Les toucher aussi, ce qu'elle ne pouvait plus se permettre aujourd'hui. Ah, qu'elle aimerait pourtant glisser ses doigts contre sa paume, jauger leur taille comparé aux siennes ; savoir si elles étaient douces ou rêches, froides ou chaudes. Des détails, des détails, et pourtant.

La question la prit en traitre. Elle se redressa, déglutit et détourna le regard cette fois. Il savait pourtant qu'elle n'aimait pas en parler. Il savait à quel point ça lui faisait de la peine. Tout en ignorant à quel point elle était tombée bas à cause de ça. Et le pire dans tout ça, c'était qu'elle ne lui en voulait même pas ; elle aurait dû se douter que a question viendrait tôt ou tard.
Alors, elle soupira, tenta de calmer la tempête de ses émotions et pensées. Le regarda à nouveau, grimaça et parla finalement, tentant une pointé d'humour pour se détendre.

« Hey cowboy, tu trouves pas que tu vas vite en besogne ? Tu veux déjà que je te tripote, hm ? Je découvre des trucs, G. »

Ah. Ça c'était toujours dans ce registre devenu dangereux entre eux. Pas vraiment très smooth de sa part pour sûr. Cela dit, elle ne se démonta pas, haussant les épaules comme si ce n'était rien ; refusant d'avoir l'air affectée par la vérité.

« Non. Pas aux dernières nouvelles en tout cas. Enfin, comme tu le sais, j'essaie d'éviter de trop toucher le monde que je croise. » Et tout de suite voilà son regard qui s'assombrissant. Incapable de réellement se détacher de tout ça, le gris calme de ses prunelles se faisant orageux, troublé. « Pourquoi ? » La question était importante, et le ton presque brisé de sa voix en disait long ; c'était trop bête.

Et même l'odeur des plats qu'on leur apporta quelques minutes plus tard ne su vraiment faire passer ces pensées, alors que la flasque cachée dans son sac se faisait toujours plus attirante. C'était mal, c'était pervers ; lâche en tout points.

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-
Graham Lynch
member ♦ hear me roar
Messages : 290
Inscrit(e) le : 15/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham 200w
Ton âge : Vingt ans
Pouvoir : Invisibilité
Métier ; activité : Etudiant en histoire de l'art
Lieu de résidence : Greystone's Institute
Côté coeur : Seul et heureux
Avis sur les évolués :
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyMar 30 Déc - 19:04

Toc. Toc. Bobbi ?
Il sentait bien qu'il avait fait une bêtise, Graham. Son sourire qui semblait à l'instant, infiniment extensible, s'était rétracté. Sur ses yeux bleu pesaient une ombre. Ombre d'inquiétude mais aussi surtout d'expectation. Il voulait savoir. Un vilain défaut du grand homme. La curiosité. Elle surpasse tout. Et le tact déjà absent de l'esprit de Graham, il est bien loin dans ces cas là. Le regard du blond, lui, est fixe. Fixe et statique, sur le visage de la belle. Sur ses lèvres surtout, qui ont eu un soubresaut qui ressemblait fort à une grimace. Il assimile, Graham, il se rend compte. Sa langue claque contre son palais, il se sent mal de la faire chier. Ce n'est pas la peine, la gêne de Bobbi qui passent jusqu'à lui. C'est son propre malaise. Il n'aime pas faire du mal à ceux qu'il apprécie. Logique. Cependant, la jeune femme prend le contre-pied, rebondit avec répartie sur la question. Avec légèreté aussi. Peut-être pas avec élégance, cependant.

Mais le sérieux revient et Graham lui sourit doucement. Il aime la franchise. Il aime qu'on se livre à lui, sans complexe, sans retenu. Il acquiesce tranquillement. Il a compris. Il sait que c'est difficile. Difficile à dire, difficile à vivre. Tant pis. Il apprécie quand même. Cependant, au-delà de son contentement, une lueur dans les yeux de Bobbi lui arrache toujours cette petite moue. Ses yeux ne sont plus doux. Les pupilles, grises et bleues se rencontrent sans chaleur. Pourtant, il sait qu'elle ne lui en veut pas. Lui même n'est pas en colère. Cette distance n'est là qu'à cause de la gêne, peut-être aussi à cause de la douleur. Pas la sienne, celle de Bobbi. Il fronçe les sourcils un instant, à sa question. La voix, la voix est éraillée, creuse, brisée. Est-ce lui qui lui a fait ça ? Le bout de ses doigts deviennent invisibles. Graham est tiraillé entre l'incompréhension et cette angoisse qui lui broie l'esprit. Il ne veut pas lui faire de mal. Mais, mais. Il ne ressent pas sa peine. Il voit juste son malaise, il voit les rouages qui tombent un à un. Il répond, vite, brûlant.

Parce que ..

Coupé par l'arrivé du serveur, son regard perçant darde toujours sur le visage de Bobbi. Ce si beau visage. Il est tiraillé. Il hésite. Il ne sait pas quoi faire. La solution avisée, celle que lui indique l'air meurtri de Bobbi. Ou l'autre. Celle dont il a envie. Celle qui l'anime. Il a envie de savoir après tout. Il voit les plats qui se posent devant eux, il les voit mais son regard lui, il ne bouge pas. Il inspire, lentement. Il pense à des choses chaudes, a des choses heureuses. Il pense au sourire que lui a lancé Bobbi devant le restaurant. Il pense à sa mère. Il pense à son lit. Il pense à son dernier noel. Il pense à Gaspard. Il pense aux films qui l'ont fait pleurer. Il pense au chocolat chaud de ce matin. Il pense à Bobbi. Et peu à peu son visage se décontracte, ses yeux clos et derrière eux, des souvenirs chaleureux. Il se sent bien, bien mieux. Il ouvre les yeux et un large sourire a glissé sur ses lèvres.

Parce que j'ai toujours voulu essayer ça.

Sans plus attendre sa large main, chaude de ses souvenirs, vient se poser sur celle de Bobbi, qui jouait encore avec sa serviette. Graham lui sourit, se ressassant ces doux souvenirs. Son bonheur. Il attend un peu, ce n'est rien, peut-être que trois ou quatre secondes. Il retire sa main. Il attend. Il se fait presque timide maintenant.

Alors ?


 

_________________
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t47-graham-bouh
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyMar 6 Jan - 7:06

HRP: Pardon d'avoir fait aussi long pour répondre, j'ai du mal à écrire ces derniers temps. J'espère que ça t'ira ;;

Elle vit le bout de ses doigts s'effacer, comme un mirage. Et sur l'instant, elle se prit à espérer que cette question, cet instant, en soit un également. Parce que c'était terrible ces sentiments-là, ces sensations ; le fait d'être tiraillée entre la gêne étouffante et une colère qu'elle ne pouvait avoir, pas contre lui. Alors elle était là, cherchant un échappatoire. Qu'importe le manque d'élégance, l'aspect vaseux de ses mots. Elle voulait juste ne plus avoir à faire face à cela, oublier qu'il lui avait posé la question qu'elle redoutait tant. Pourtant, quelque chose aurait dû lui dire qu'il allait le faire, ne le connaissait-elle pas après tout ? Oui, Bobbi aurait dû se douter que le moment fatidique viendrait ; trop tôt bien malgré elle, ils n'avaient même pas encore mangé.

Le serveur le coupe dans son élan, offrant à la demoiselle un répit illusoire. Un instant, un souffle. Un maigre espoir de le voir changer d'avis aussi. Ne voyait-il pas le mal qu'il lui faisait avec quelques mots et un geste hypothétique ? S'en fichait-il ? Oh, elle savait son manque d'empathie, elle savait qu'il n'était pas doué avec ça. Mais tout de même. Elle n'était pas bonne pour réellement cacher ses émotions, pas lorsqu'ainsi prise en traitre. Et savait très bien également qu'il avait vu. Alors, pourquoi ?

C'était égoïste. Un mot qui lui traversa l'esprit quelques instants. Oui, il agissait égoïstement et pour ça peut-être lui en voulait-elle un peu, au final. Et elle le vit agir, vit sa main se rapprocher, se retrouvant incapable de retirer la sienne. Figée, appréhendant le contact.

Sa main était chaude. Elle soupira, détourna le regard, les doigts crispés. Qu'importe la nature des sentiments de la personne en face, elle avait toujours cette réaction de presque dégoût ; dégoût d'elle-même. Pourtant, c'était si doux, réconfortant. Trop peut-être, tout cela ne la regardait pas, non ? Bobbi ignorait la raison de la chaleur au creux de sa poitrine, ou même du sourire étirant légèrement ses lèvres. Elle ressentait simplement, sans comprendre, et c'était foutrement embarrassant.

« Alors t'aurais pas dû faire ça. » Le ton de sa voix était doux pourtant, malgré les reproches, et c'était là quelque chose de paradoxal.

Profitant de sa main retirée, elle ramena la sienne contre sa poitrine, l'autre venant la couvrir, comme si on l'avait blessée. En quelque sorte, elle n'aurait pas cru qu'il ose faire ça. Et même si la tendresse que lui inspirait ce qu'elle avait ressenti laissait un sourire sur ses lippes et des joues rougies, elle ne savait qu'en penser.

« A quoi tu pensais ? » Là, son timbre était devenu presque timide, tandis qu'elle osait un regard dans sa direction. Puis son assiette. Et ce alors que ses pensées, elles, étaient pour la plupart dirigées vers la flasque dans son sac. Craquer, ne pas craquer. C'était dur, tout à coup. Même pour des choses aussi douce que ce qu'elle avait pu ressentir.

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-
Graham Lynch
member ♦ hear me roar
Messages : 290
Inscrit(e) le : 15/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham 200w
Ton âge : Vingt ans
Pouvoir : Invisibilité
Métier ; activité : Etudiant en histoire de l'art
Lieu de résidence : Greystone's Institute
Côté coeur : Seul et heureux
Avis sur les évolués :
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyDim 1 Fév - 23:38

Toc. Toc. Bobbi ?
Oh ça... Il le savait bien qu'il avait fait une bêtise, ce n'était certes pas la première, ni la dernière fois. Surtout en ce qui concernait Bobbi, surtout en ce qui concernait n'importe quelle personne à laquelle il était attaché. Il avait tendance à ne plus faire attention, à ne pas se poser assez de questions, à être -comme ici- égoïste. Il avait bien des défauts Graham, mais il le savait et ce savoir même lui donnait l'occasion lâche d’apaiser sa conscience. Et quelques fois cependant, ses mauvais actes passés venaient le hanter, venaient lui rappeler au combien il pouvait être bête. Il les chassait généralement en secouant la tête.

Il secoue la tête Graham, il essaye d’oublier ce qu'il vient de faire. Essaye d'oublier le soupire, le regard fuyant de son amie. Il lui a fait du mal. Il claque sa langue contre son palais, il joue avec sa chaînette. Il a un peu peur, il faut bien avouer. Pas la peur qu'il aime, pas celle idiote qui joue sur ses terreurs les plus sombres, les plus spectaculaire. Non, cette peur là est mauvaise, elle s'insinue en lui, semble tordre ses boyaux, accélérer les battements de son cœur. Un cœur qui pique dans sa poitrine. Parfois, là, il aimerait bien l'enlever. Une voix douce brise cette tempête dans laquelle il s'est enfermé. Il peut respirer à nouveau. Un peu. Il ne sait pas trop, elle n'a pas l'air en colère et pourtant elle n'est pas d'accord, elle a les mots d'une personne mécontente. Mais sans le ton, sans le son.

Graham qui baissait les yeux, les relève. Et là. Paf. C'est beau. Beau comme une peinture de Boucher, avec ces peaux pèches qui rosissent. Avec ces femmes voluptueuses, douces, qu'il a caressé du pinceau, que l'on veut caresser du dos de la main. Une Bobbi qui rougit. Diantre, que c'est rare. Merde, que c'est beau. Il peut pas s'empêcher Graham, même mal à l'aise, même conscient de son erreur, il sourit. Ses lippes pourpres qui s'étirent, tranquilles, impunément, comme innocentes de leurs péchés. Et ses yeux bleus, il semble qu'ils baignent dans un lac chaud, tendre, doux où il fait bon de s'y baigner. Où il fait bon de sentir tout contre soi, l'eau tiède, réconfortante. Et tout se perd dans une question justifiée. Pourquoi ? Il sait pourquoi. Il hésite puis décide d'être franc, après tout c'est ce qu'elle préfère, non ?

J'ai toujours voulu le faire. Il s'arrête un instant, sachant bien que cela ne suffit pas, voulant cependant y trouver une justification, sans trop y arriver. Il s’humidifie les lèvres, se redresse, se racle la gorge.

Je .. je voulais savoir. Mais je me suis trompé. Enfin ... Et oui, c'est dur. Dur de se faire comprendre, dur de trouver une raison suffisante, dur de ne pas évoquer l'égoïsme derrière tout ceci. Je me disais, si tu ressens ce que je ressens, j'aurais peut-être pu te soulager.. un peu comme une vague d'apaisement ? ...Ouais, j'sais. Je lis trop de comics.

Il fait la moue Graham, il se sent mal. Il déteste se sentir mal. Il déteste ça. Il respire profondément. Ca l'énerve alors il trouve une raison. Se justifie. Il n'a fait ça que pour son bien, que pour l'aider. Il ne voit pas en quoi c'est une mauvaise chose. Il est têtu, borné le grand. Il repose sa chaîne, bien à plat contre ses clavicules. Il relève le visage.

Je voulais juste t'aider. Désolé. Le ton est ferme, neutre, calme. Pas hypocrite cependant, pas larmoyant non plus. Il prend ses couverts.

Bon appêtit.

Et il commence à manger, le temps de se calmer, le temps d'arrêter d'etre bête, ou presque.

 

_________________
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t47-graham-bouh
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyLun 2 Fév - 22:27

Il souriait encore, après l'avoir quittée des yeux un instant pour ensuite les remonter vers elle. Bobbi ignorait comment réagir à cela, bien trop troublé en cet instant pour avoir un semblant de réflexion cohérente. Elle n'avait à vrai dire qu'une certitude : elle ne pouvait pas lui en vouloir. Même en se forçant d'ailleurs la demoiselle s'en sentait tout bonnement incapable. Parce qu'il avait à ses yeux bien trop d'importances pour qu'une telle maladresse, un tel geste, puisse entacher son opinion de lui, et son affection. Non, le tumulte dans son esprit était dû à tout autre chose. La surprise, puis le fait qu'il savait qu'elle n'aimait pas qu'on joue avec ça. Ainsi, c'était tout au plus une rancune temporaire, mais surement pas de la colère.

Ce qu'il lui avoue ne la surprit pas. Elle le savait curieux, notamment envers son don. Tout comme elle se doutait, au fond, qu'il finirait par le faire. Simplement, elle aurait voulu que cela ne se passe pas ici, pas comme ça.

« Je sais. T'aurais juste du… Attendre ? » Elle ne savait pas exactement comment l'articuler, mais quitte à ce qu'il expérimente avec son don, elle aurait largement préféré qu'il le fasse une fois seuls, chez elle par exemple. A l'abri du regard et du jugement des autres.

Et son regard s'adoucit à l'écoute de son explication difficilement assemblée. Penchant légèrement la tête, les sourcils doucement haussés, la jeune femme ne put qu'afficher un sourire, ne trouvant pas ses propres mots. Parce que oui, c'était touchant comme raison, et la confortait dans son idée première : elle était incapable de lui en vouloir.

Son attitude tout à coup la surprit pourtant. Ne sachant si elle voulait réellement épiloguer sur le sujet ou non, Bobbi se contenta de lui souhaiter un simple « bon appétit » et se mit à manger à son tour, le regard obstinément rivé à son assiette.
Oh, c'était bon, pas de doutes là-dedans, et ça n'était même pas la question.

« Je t'en veux pas, hein. » Quelques minutes avaient filées avant qu'elle ne se décide à parler, finalement. C'était important qu'il le sache, qu'il en soit convaincu. Elle ne voulait pas lui faire de peine.

Encore une bouchée, ses yeux revenant alors sur son assiette. Puis une gorgée d'eau pour calmer sa gorge trop sèche, tentant de chasser l'envie de fouiller dans son sac. Luttant contre l'envie, encore et toujours, avec l'impression que ladite lutte ne cessait jamais.

« C'était… Enfin, ça n'était pas si désagréable. » Ses joues étaient encore rouge, autant à cause de ce qu'elle avait ressenti par son biais qu'à cause de la présente confession. « Mais je sais toujours pas à quoi tu pensais. Ou à qui, hm. » Un léger sourire, et elle secouait la tête.

Pas question de laisser l'ambiance s'alourdir. Ils partagaient un bon repas dans un lieu tranquille, et hors de question de plomber leur première rencontre. Elle s'en voudrait bien trop. Vraiment.

« Passer à la maison te tente toujours, hein ? »

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-
Graham Lynch
member ♦ hear me roar
Messages : 290
Inscrit(e) le : 15/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham 200w
Ton âge : Vingt ans
Pouvoir : Invisibilité
Métier ; activité : Etudiant en histoire de l'art
Lieu de résidence : Greystone's Institute
Côté coeur : Seul et heureux
Avis sur les évolués :
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyVen 6 Fév - 10:24

Toc. Toc. Bobbi ?
Ah. Quel imbécile ce Graham. Il boude. Non. Il est en colère. Tellement, peut-être, en colère contre lui-même,il en devient amer. Comme si c'était sa faute à Bobbi, le fait qu'il soit un peu con. Du coup ses tagliatelles au pesto, elles avaient un goût bizarre. Celui de la culpabilité surement. Ou de la connerie, il était pas encore trop sur. Enfin, il se flagelle, dans sa tête. Il se rappelle que c'est foncièrement pas productif de s'en vouloir. Et puis il est froid maintenant. D'habitude ça le gène pas vraiment, mais là c'est Bobbi, c'est pas n'importe qui. Il se met un peu trop la pression Graham. Je t'en veut pas, dit-elle. Lui s'en veut, est-ce qu'elle peut soigner ce genre de maux ? Il serait pas contre un bisou magique, certes, mais c'est pas le moment. Il lève les yeux un instant, histoire de voir si c'est vrai, si sa voix dit pas « ca va » quand son visage dirait « ca va pas du tout ». Mais non. Pire, elle a encore les joues roses, rouges même. C'est vraiment trop mignon. Elle sourit maintenant, alors lui, il peut pas s'en empêcher, il sourit aussi.

Je .. Tu veux vraiment savoir ? Ca se trouve je pense à des trucs louches. Il s'arrête un instant avec une moue de dégoût instantanée. Merde, maintenant si je te dis qu'à un moment, y'avait maman dans le lot, c'est super crade. Il fait la moue Graham. Bon y'avait toi aussi. Ca s'allie plus avec des choses louches.

Il a un petit sourire, goguenard, mais gentil. Passer à la maison ? Et comment ! Il sourit alors, plus chaleureux, plus franc.

Evidemment que ça me tente toujours. Comment veux-tu que j'imagines des trucs louches après ?

Et son sourire s'élargit, cisaille son visage. Il reprend ses couverts, maintenant que la boule qui appuyait sur son estomac à disparu, le pesto va être bien meilleur. Il relève les yeux un instant, la bouche pleine de bouffe avec un sourire de gamin. Il regarde l'assiette de Bobbi et fait un truc un peu étrange avec ses yeux, il essaye de se faire comprendre, mais c'est dur. Il s’arrête, finit sa bouchée.

Elles sont bonnes tes lasagnes ?

Ouais, il est pas super élégant Graham. Mais ça y'est l'adrénaline du mal à l'aise et de la bonne nourriture est passée. Il redevient plus calme. Il mange tranquillement, boit un peu d'eau et puis sa voix grave résonne à nouveau dans le restaurant, chuchotante pour ne pas gêner les deux autres personnes présentes dans la salle.

J'ai vraiment hâte de voir tes tableaux ... Tu vas peut-être me rendre l'inspiration, je ferais de toi ma muse, ajouta-t-il avec un jeu de sourcil évocateur.

Il s'amuse Graham. Le serveur repassa pour leur demander si ils avaient besoin de quoique ce soit. Quelques minutes plus tard, Graham avait fini son assiette.

Aah.. c'était vraiment bon. Ca vaut pas un bon mac do' mais …
 

_________________
I am the clown with the tear-away face
Here in a flash and gone without a trace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t47-graham-bouh
Bobbi D. Knezevic
member ♦ hear me roar
Messages : 193
Inscrit(e) le : 19/12/2014
incertitude •• pv graham 7yumiko-20141222-213014
incertitude •• pv graham PVu5L3t
Ton âge : 24yo.
Pouvoir : Empathie.
Métier ; activité : Étudiante en art.
Lieu de résidence : Immeuble Brontë.
Côté coeur : Célibataire.
Avis sur les évolués : Étant donné qu'elle en est une, comme plusieurs membres de sa famille, elle est loin d'avoir une dent contre eux. Sans cependant se considérer au dessus des humains. Y'a pas de gloire à être au dessus créatures qui passent leur temps à se faire la guerre.
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham EmptyVen 6 Fév - 16:54

Là, il réussit à lui tirer un rire. Un vrai rire et pas juste un ricanement gêné comme plus tôt. Non, il s'agissait là d'un vrai rire amuser, tandis qu'elle secouait la tête. Là, elle retrouvait déjà bien plus le Graham qu'elle connaissait. Celui avec qui elle pouvait parler de tout -presque tout- et rire. Celui qu'elle adorait tendrement et qu'elle avait tellement hâte de pouvoir rencontrer. Et il suffit de cette pensée pour qu'elle s'en retrouve réconfortée.

« Moi ? Et quel genre de choses louches me concernent, hm ? » Oh, là, elle était curieuse, très curieuse tout à coup. Et lui savait très bien à quoi s'attendre en lui glissant ça, il ne pouvait pas se défiler.

Le voir sourire c'était tout de même mieux. Tellement mieux que le voir s'énerver contre lui-même, tirant la gueule et fuyant son regard. D'ailleurs tout à coup l'ambiance était bien moins lourde, bien moins pesante. Et tellement plus agréable, pour sûr.

« Eh, t'as l'esprit bien plus tordu que ce que je pensais, G. Va falloir que tu me racontes tout ça. » Et la voilà qui se mordille la lèvre légèrement, chassant d'un revers de la main imaginaire le fait qu'elle ne devrait peut-être pas trop s'aventurer sur ce terrain-là. Le flirt n'était peut-être pas la meilleure option.

Le repas reprit donc sur une note bien plus positive, son appétit à présent de retour. Heureusement d'ailleurs, car gâcher une aussi bonne lasagne aurait été un sacrilège, à vrai dire. C'était donc avec plaisir qu'elle mangeait à présent, finissant par relever le nez vers le blondinet en entendant sa question. Question à laquelle elle répondit par un hochement de tête, avant de prendre une gorgée d'eau. Bobbi ne lui retourna d'ailleurs pas la question, car il semblait assez visiblement apprécier, vu son air.

Elle faillit d'ailleurs s'étouffer à sa remarque suivant, toussant quelque peu par la suite. Le tout sans se défaire de son sourire amusé. Incorrigible, c'était certain. Et encore une fois, le voir avec cet air-là ne put que lui plaire.

« Dépends quoi, il va te falloir plus que ton joli sourire pour me convaincre, tu sais. » Quant à savoir quoi… elle-même l'ignorait.

La demoiselle termina son plat peu de temps après son ami, vidant le verre d'eau fraichement rempli. Avant de s'accouder à la table, sa joue contre sa paume, l'observant.

« Toi et ton foutu McDo, hein… » Ca n'était pas même un reproche, et de toute façon, elle était bien mal placée pour le critiquer. Qu'importe, elle avait bien le droit de la taquiner un peu à son tour.

Portant un bref regard à sa montre, elle fit la moue, tout à coup pensive. Il était encore tôt à vrai dire, l'avantage d'un rendez-vous pour dîner. Et bien heureusement, elle n'avait rien de prévu pour le reste de la journée, comptant bien la passer avec lui, autant que possible du moins.

« Tu comptes prendre un dessert, ou t'es trop impatient, hm ? »

A vrai dire, là de suite elle ne serait par contre un peu d'air frais et une clope pour digérer. Au pire, elle avait une tonne de cochonneries chez elle, pas de quoi s'en faire.

_________________
❝The men in the room suddenly realized that they didn't want to know her better. She was beautiful, but she was beautiful in the way a forest fire was beautiful: something to be admired from a distance, not up close.❞ Terry Pratchett - Good Omens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://walkonvanityruins.forumactif.org/t105-time-is-a-drug-too-

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: incertitude •• pv graham incertitude •• pv graham Empty

Revenir en haut Aller en bas

incertitude •• pv graham

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Ici tout le monde déraille... j'suis cent fois trop, cent fois trop bonne... | Lola Graham

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VANITY RUINS :: GREYSTONE ; downtown. :: The mall. :: Little Italy-